Since 1957
Mineral lenses crafted in France
Alpine Sunglasses and Apparel

ADRIAN BALLINGER MAKALU

Le lundi 9 mai dernier, Adrian Ballinger (@adrianballinger), Fellow de Vuarnet, a effectué la première descente à ski depuis le sommet du Makalu (8463m), la cinquième plus haute montagne du monde. Ballinger et ses partenaires d'ascension, Dorji Sonam Sherpa et Pasang Sona Sherpa, ont atteint le sommet à 9 heures du matin dans des conditions de voile blanc.
L'équipe a été la première à atteindre le sommet du Makalu cette année.

Pour plus de photos : @griffin_mims @alpenglowexpeditions


C'est un accomplissement énorme, un accomplissement pour lequel vous avez travaillé pendant des années. Qu'est-ce qui vous a inspiré/conduit au Makalu ?

Le Makalu est la cinquième plus haute montagne du monde et se trouve à quelques kilomètres du Mont Everest. Elle est surtout connue pour ses différences avec les autres montagnes. C'est une bête ! Elle est non seulement haute, mais aussi très inquiétante, avec des parois très raides et beaucoup de roches (au lieu de la neige). Au cours de mes dizaines d'années d'expéditions sur d'autres montagnes du Népal (dont 13 ans sur le Mont Everest), j'ai toujours été inspiré et intimidé par l'aspect abrupt et technique du Makalu. Cette nature abrupte et technique est également à l'origine du deuxième attrait du Makalu pour moi. C'était l'un des deux seuls sommets de 8000 mètres (les 14 plus hautes montagnes du monde font plus de 8000 mètres) qui n'avait pas encore connu de descente à ski.

Quel effet cela fait-il de réussir à atteindre son objectif ?

Haha, c'est génial ! Un mélange de soulagement et de satisfaction. Soulagement d'avoir terminé et que rien n'ait mal tourné. La satisfaction d'avoir atteint un objectif qui a nécessité des années de tentatives, de planification, et une année d'entraînement. Tout cela a été récompensé par une folle aventure !


Comment est-ce que tu t'es préparé à cette expédition ?

Avant tout, je me suis préparé en accumulant, au fur et à mesure, de l'expérience dans deux domaines : le ski de pente et l'escalade de sommets de 8000 mètres. Mais plus spécifiquement pour cette expédition : après deux années consacrées à l'escalade, j'ai passé l'année dernière à reconstituer ma base aérobique, essentielle pour l'escalade et le ski en haute altitude. J'ai ensuite passé l'hiver à me concentrer sur le ski de pente.
Je vis à Lake Tahoe, et je partage mon hiver entre ici et les Alpes en Suisse. J'ai essayé de concentrer ma saison non pas sur le ski de poudreuse, mais sur des lignes techniques, raides et fermes. Je savais que ce type de ski serait le plus proche de ce que je pourrai trouver au Makalu.

Qu'est-ce qui a bien fonctionné cette fois-ci ?

Tout d'abord, mon équipe de grimpeurs était incroyable. Alors que j'étais le seul skieur sur la montagne et que j'ai fait ma descente seul, toute mon escalade a été effectué avec l'équipe d'Alpenglow Expeditions, qui comprenait 5 Sherpas, 4 Equatoriens et un autre Américain, tous des grimpeurs super talentueux avec beaucoup d'expérience des sommets de 8000 mètres. Nous avons fixé des cordes sur la montagne, et avons été la première équipe en 3 ans à atteindre le sommet du Makalu. Nous nous sommes tellement amusés. Cette équipe m'a permis de me concentrer sur le ski et de me sentir plus à l'aise pour prendre des risques en montagne.

L'autre chose qui a bien fonctionné, c'est la météo et l'état de la neige.
En 2012 et 2015, je n'ai pas réussi à skier le Makalu en raison du risque élevé d'avalanches. Cette année, le manque de neige, bien que dangereux à sa manière, m'a permis de mieux contrôler le risque par rapport au risque aléatoire d'avalanches. Cette année, le risque était de tomber sur des pentes trop raides. C'était à moi, à chaque virage, d'atténuer ce risque en skiant correctement. Cela a rendu l'expérience globale plus sûre.


Quel a été ton moment préféré ?

Faire les derniers virages vers le camp 2, où la plupart de mes coéquipiers grimpeurs m'attendaient. Même s'il me restait encore quelques kilomètres à skier, j'avais déjà skié la plupart des passages dangereux et expérimenté la basse montagne plusieurs fois pendant mon acclimatation, je savais donc que je pouvais le faire à nouveau. Je me sentais tellement bien d'être avec l'équipe avec laquelle j'avais travaillé si dur pour cela, et de pouvoir skier sur un terrain que je connaissais et sur lequel j'avais confiance. En plus, le soleil se couchait et c'était magnifique :).

Ton plus grand défi, et comment l'as-tu surmonté ?

La gestion du risque. Je ne suis pas sûre de l'avoir bien surmonté. J'ai simplement pris les choses au fur et à mesure et j'ai choisi, littéralement à chaque tournant, si j'étais dans ma marge de sécurité. Je pense que j'ai été humble quant à mes capacités, que j'y suis allé doucement (skier 2,5 km verticaux m'a pris presque 11 heures, après une montée de 7 heures au sommet depuis le camp 3), et que j'ai utilisé toute mon expérience des grandes montagnes pour descendre en toute sécurité.


Quel est le matériel qui t'a acccompagné lors de cette ascension ?

SKI GOGGLES LARGE

ICE 1931 180° LARGE

SKI GOGGLES LARGE

LEGEND 03

  • Masque de Ski Large - clarté, champ de vision élargi et facilité de changement des verres magnétiques
  • ICE 1931 180° Large - grande couverture, protections latérales optionnelles, verre de haute qualité et ajustement parfait sur mon visage, sensation de légèreté.
  • ICE 1930 180° Medium - grande couverture, protections latérales optionnelles, verres superbes, ajustement parfait sur mon visage, sensation de légèreté
  • Legend 03 - parfaites pour la vie en camp de base et les voyages
Livraison offerte
en France, sous 2 à 4 jours ouvrés.
En savoir plus
Retours gratuits
sous 30 jours.
Politique de retour
Garantie 2 ans
contre tout vice de fabrication.
En savoir plus
Retour
Fellowship Community
Mon panier 0
Retour gratuit sous 30 jours
Vous n'avez pas de produit dans votre panier.
Vous aimerez aussi
Cordon "V sur Ski"
16.00€
Chiffonnette V sur Ski
5.00€
Étui Lifestyle eco-friendly
25.00€
load me